SELLERIE MOTOS Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.

Sous-catégories

  • HONDA

    Honda est le plus grand fabricant de motos au Japon et l'a été depuis sa création en 1955. À son apogée en 1982, Honda a fabriqué près de trois millions de moto par an. En 2006, ce chiffre avait été ramené à environ 550 000 mais était encore plus élevé que ses trois concurrents nationaux.
    En 2017, l'Inde est devenue le plus grand marché de moto de Honda. En Inde, Honda est leader dans le segment des scooters, avec 59% de part de marché.
    Au cours des années 1960, alors qu'elle était un petit fabricant, Honda  a commencé à exporter aux États-Unis. En collaboration avec l'agence de publicité Grey Advertising, Honda a lancé une campagne de marketing innovante qui suggérait que les motos Honda étaient faites pour l'homme de tous les jours. La campagne a été extrêmement réussie; les annonces ont duré trois ans et, à la fin de 1963 seulement, Honda avait vendu 90 000 motos

  • KAWASAKI

    L'activité motocycliste de Kawasaki est sans doute la plus connue, mais elle ne représente que 20 % de son chiffre d'affaires. Elle a débuté après la Seconde Guerre mondiale, du fait que la firme devait abandonner sa production d'avions militaires.
    La production moto Kawasaki commence en 1952 avec la création d'un moteur 4-temps de 60 cm3 suivie de la commercialisation de petites cylindrées 2-temps.
    En 1962, Kawasaki rachète la firme Meihatsu, puis la firme Meguro en 1964, et débute la commercialisation de sa 650 W1. Viendront ensuite la 250 A1 Samurai et la 350 A7 Avenger (bicylindre, 2-temps), à distributeurs rotatifs. L'Avenger inaugurera la Coupe Kawasaki en France.
    Kawasaki sort en 1968 un modèle surprenant, la 500 H1 Mach III, au moteur trois-cylindres deux-temps.
    Suivra une gamme d'extraordinaires machines de la même architecture : en 1971, la 250 S1, la 350 S2, qui obtiendra ses lettres de noblesse avec la coupe Kawasaki, qui révélera des pilotes comme Patrick Pons, la 750 H2 Mach IV (de 1972 à 1975), machine d'exception, puis la 400 S3, version plus civilisée de la S2, qui lui succédera en coupe Kawa.
    En 1973, Kawasaki sort la mythique 900 Z1, machine équipée d'un moteur à 4 cylindres 4-temps à double arbre à cames en tête, destinée à concurrencer la 750 Honda

  • SUZUKI

    Suzuki se fait connaître sur le marché automobile durant les années 1960. Toutefois, ses origines se situent en 1909, lorsque Suzuki Michio fonde la « Suzuki Looms Works » près de Hamamatsu). À cette époque, elle se concentrait uniquement sur des machines à coudre et à tisser destinées à l'industrie textile.
    1952 voit apparaître la première moto Suzuki animée d'un petit moteur à deux temps de 36 cm3, elle est dénommée « Power Free ». La transmission est assuré par une courroie. Grâce à cette moto et à la gamme qui va en découler, Suzuki peut se faire une place sur la scène commerciale et sportive.
    En 1955, Suzuki commercialise sa première véritable moto : la Colleda, mue par un monocylindre de 90 cm3. En 1956, la Colleda TT est mue par un bicylindres de 250 cm3.
    En 1965 Suzuki présente la fameuse T20, motoc avec un moteur bicylindre de 250 cm3, très performante pour l'époque.
    En 1972 lancement de la Suzuki GT380, refroidissement par air amélioré par une écope spéciale dite Ram Air System motocyclette de 3 cylindres de 380 cm3 (il en existera une déclinaison de plus forte cylindrée, la GT 550) suivi en 1973 du lancement de la Suzuki GT 750, motocyclette grand tourisme, avec un moteur 3 cylindres de 750 cm3.

  • YAMAHA

    L'histoire de Yamaha Motor commence par la Yamaha 125 YA-1 de 1955, Yamaha est au début un spécialiste du moteur 2-temps comme deux autres japonais (Suzuki et Kawasaki). Ses machines de série ont tout de suite été réputées pour leur vivacité et leur fiabilité.
    Yamaha arrive sur le marché européen à la fin des années 1960, avec une gamme de petites et moyennes cylindrées 2-temps, cylindres en fonte dont 50 et 80 cm3, 125 YA5 puis YA6 monocylindre,  Yamaha 125 YAS1 bicylindre,Yamaha 180 YCS1 bicylindre, Yamaha 250 YD2 ET YD3 puis YDS1 bicylindre, Yamaha 350 YR1 bicylindre
    Ces machines sont originales, avec très tôt une lubrification par injection d'huile (système autolube) et non par mélange.
    En 1970 les machines Yamaha évoluent par l'adoption de cylindres en aluminium, Yamaha 125 AS3 (1971), AS3 Europa (1972 - réservoir plus large), puis RD (admission par clapets), enfin RDX (frein à disque), Yamaha 350 RD après adjonction d'une admission par clapets, deviendra rapidement la 400 RD à la suite d'une augmentation de la cylindrée ; bizarrement, la nouvelle boîte à six rapports de cette dernière restera en France limitée à cinq vitesses.

  • DERBI

    Derbi fut créé à la fin des années 1940 sur les bases d'une petite société spécialisée dans la construction de vélos, puis de châssis pour motos, lancée en 1922 par Siméon Rabasa. La marque Derbi, installée à Mollet en Espagne, a connu de nombreux succès en compétition dans la catégorie petite cylindrée. Elle est passé dans le giron du groupe Piaggio en 2001 et en 2006 Derbi a tenté d'élargir son champ d'activités en lançant sa première grosse cylindrée : la Mulhacén 659. En 1961, après le lancement du Derbi Seat 600, la vente de motocyclettes à forte cylindrée a chuté, ce qui explique pourquoi Derbi se concentre sur les modèles à moteur de 49-75 cc3. L'une des premières créations à cet égard sera la Derbi 49 Sport et Gran Sport, cyclomoteurs de 48,7 cm3, avec 1,5 CV à 5 000 tr / min, 3 vitesses, freins à tambour, pédales et boîte de vitesses hydraulique.
    Cette moto rapide, après quelques modifications, sera renommée en 1965 en tant que Derbi Torch le triple champion du monde et un demi-million d'exemplaires seraient vendus, uniquement en Europe. En Espagne, ce modèle avait une grande acceptation et était populairement connu comme Derbi Paleta ou Derbi Albañil.

  • MOTOBECANE

    Charles Benoît et Axel Bardin conçoivent leur premier motocycle en 1924, la MB1, puis grâce au soutien financier, administratif et technique de Jules Bénézech, le 11 décembre 1924, les "Ateliers de la Motobécane" à Pantin, à l'angle de l'avenue Jean Jaurès et de la rue de Paris, sont créés3 . En sort la Motobécane, un modèle à fourche pendulaire non amortie équipé d'un moteur deux-temps bicylindre de 175 cm3 à transmission par courroie. Ce modèle très simple se vendra jusqu'en 1929.
    Création la marque Motoconfort en 1926 avec la sortie de la MC1 de 308 cm3 - avec une plaque rivetée « Moteur breveté Motobécane » - c'est la première moto de grosse cylindrée construite par les ateliers. Cette marque est aussi créée dans le but de ne pas compromettre le nouveau succès de l'entreprise en cas d'échec des ventes.
    En 1929  production des BMA pour « bicyclettes à moteur auxiliaire » équipées d'un moteur 2-temps de 100 cm3. Ces petites machines munies de pédales peuvent se conduire sans permis dès l'âge de 16 ans mais ne doivent pas dépasser les 30 km/h ni peser plus de 30 kg. Le premier modèle est désigné « B1 ». La réglementation change pendant l'occupation et la catégorie BMA disparaît après la Seconde Guerre mondiale. Une nouvelle catégories voit le jour : le vélomoteur, de moins de 125 cm3, et les cyclomoteurs, de 50 cm3. En dix ans, Motobécane produit environ 150 000 BMA. Dans les années 1930, Motobécane devient un grand constructeur de motos, avec de nombreux modèles de toutes cylindrées. On voit même des prototypes de 750 cm3 à quatre cylindres. Certains modèles ont aussi pris la dénomination « Motoconfort » pour des raisons commerciales.
    La société produit sa première moto à 4-temps de 250 cm3 en 1933. Durant cette période, une moto avec moteur à quatre cylindres en ligne est également produite en très faible quantité.

  • CUSTOM

    Sellerie et accesoires motos custon.